Les animaux de compagnie

Éviter les zones infestées de tiques vous aidera à protéger de façon optimale votre animal de compagnie contre la maladie de Lyme, notamment au printemps, période durant laquelle les jeunes tiques sont très actives.

Il est important d’inspecter systématiquement votre animal, tout particulièrement si vous habitez dans une région à haut risque ou si vous vous êtes récemment rendu dans l’une de ces régions. Les vétérinaires ont accès à un test sanguin fiable. S’ils vous proposent de faire une analyse de sang pour savoir si votre animal a contracté ou non la maladie de Lyme, suivez leur conseil.

Les symptômes

Les chiens

Les chiens peuvent être vaccinés contre la maladie de Lyme mais le vaccin est relativement nouveau et quelque peu controversé. La plupart des vétérinaires recommandent de ne vacciner que les chiens qui vivent dans des zones infestées de tiques. Pour obtenir davantage de renseignements sur les répulsifs contre les tiques, veuillez consulter votre vétérinaire.

Les symptômes les plus fréquents sont : arthrite (boiterie soudaine), douleurs, fièvre, manque d’appétit, déshydratation, inactivité, hypertrophie articulaire  et ganglions lymphatiques enflés.

Les chats

La maladie de Lyme est assez rare chez les chats mais elle existe tout de même. Dans la plupart des cas, on ne diagnostique la maladie de Lyme que lorsque l’on trouve une tique infectée.

Les symptômes connus sont: douleurs, raideurs dans les membres et dans les articulations, boiterie, fièvre, perte d’appétit, fatigue, effondrement soudain, état de transe et en cas d’infection grave, anémie sévère.

Les chevaux

La maladie de Lyme est très fréquente chez les chevaux. Des études montrent que 50% des chevaux qui vivent dans des régions à haut risque contractent la maladie de Lyme au cours de leur vie. Ils sont davantage exposés à cette maladie car il est très difficile de détecter les tiques dans leur poil.

C’est au stade adulte que les tiques que l’on retrouve en automne et au printemps se nourrissent de leur sang. Elles sont alors généralement assez grosses pour qu’on les remarque lorsque l’on panse le cheval. Elles se trouvent habituellement autour de la tête, au niveau de la sous-gorge, sur le ventre et sous la queue.

Afin de réduire les risques d’infection, vérifiez fréquemment que votre cheval n’a pas de tiques. S’il en a, retirez-les rapidement.

Les symptômes les plus fréquents sont: perte de poids chronique, boiterie irrégulière, fourbure (inflammation des tissus du pied du cheval), fièvre, hypertrophie articulaire, sensibilité musculaire, inflammation oculaire et raideurs.

Les signes neurologiques sont: dépression, dysphagie (difficulté à avaler), inclinaison de la tête et encéphalite.

Le diagnostic

Il est difficile de diagnostiquer avec exactitude la maladie de Lyme chez les animaux. Dans la plupart des cas, savoir si votre animal vit dans une zone infestée de tiques, s’il montre des signes d’arthrite et s’il réagit bien au traitement permet d’établir un diagnostic.

Le traitement

Les animaux de compagnie réagissent habituellement rapidement aux traitements antibiotiques. N’hésitez pas à consulter immédiatement votre vétérinaire si l’état de votre animal ne s’améliore pas. Les animaux de compagnie qui ne sont pas traités ont de fortes chances de contracter la maladie de Lyme chronique. Celle-ci peut entraîner des lésions rénales et peut se révéler fatale.